Intempéries : un avion peut-il se cracher lors d’un orage ?

Nous voici au coeur de l'automne et l’hiver s'installe doucement. Ces saisons sont propices aux intempéries et aux orages pouvant causer des retards et des annulations de vols. Mais que se passe-t-il vraiment quand lors d'un vol, il y a une forte tempête ? Est-ce vraiment sans danger ? On a tous en mémoire le vol Air France, Rio - Paris, pris dans une tempête.

Atterrissage + tempĂȘte + orage + intempĂ©ries + avion

Des pilotes entraînés aux intempéries

 

Il faut savoir que les pilotes suivent une formation longue et exigeante durant laquelle on les prépare aux situations climatiques extrêmes (tempêtes, orages, givre, etc.). Cela comprend les manœuvres à opérer lors de conditions météorologiques difficiles et des connaissances en météorologie afin d’anticiper au mieux les dangers. En d’autres termes, un pilote ne décolle pas s'il n'est pas sûr de pouvoir transporter tous les passagers en toute sécurité. C’est pourquoi avant et pendant chaque vol, les conditions météorologiques sont vérifiées et évaluées pour déterminer si l’on peut décoller sans danger. Par exemple, en cas de vents violents, un vol sera annulé.

Les retards de vols dus à de mauvaises conditions météorologiques peuvent perturber la planification horaire. Certes, l’attente qui en résulte n’est jamais agréable, mais le mot d’ordre est la sécurité !

Vous vous demandez peut-être pourquoi certains vols peuvent décoller alors que le vôtre a été annulé du à la météo ? La réponse est toute simple, cela dépend du type d'avion. Certains modèles (plus petits) auront tendance à plus subir les caprices de la météo que d’autres modèles.

Une des actions les plus délicates lors d’une tempête reste l’atterrissage. On est tous tombés sur des vidéos montrant des atterrissages périlleux lors de conditions climatiques extrêmes. Rassurez-vous, les pilotes sont également formés à cela. Chez British Airways, par exemple, les pilotes reçoivent une formation tous les 6 mois quant aux atterrissages dans des conditions extrêmes. Si après plusieurs tentatives ou en cas de vents imprévisibles, il n’est pas possible d’atterrir, le vol sera alors dérouté vers un autre aéroport.

 

Tempêtes en vol : les turbulences sont rarement dangereuses

 

Une tempête peut rendre le vol inconfortable. Ces turbulences ne signifient pas pour autant que vous êtes en danger. A vrai dire, ce n’est que dans de très rares cas qu’elles sont dangereuses. Rappelez-vous que les avions sont conçus pour résister à ces conditions extrêmes. Toutefois, il est impératif de respecter scrupuleusement les consignes de sécurité (telles que boucler sa ceinture) afin d’éviter toute blessure lors de turbulences.

  ⇒  Avion : qu’est ce qui vous stresse le plus ?

Lors d’un orage, la foudre peut paraître impressionnante, mais ça n'est pas pour autant qu’elle est dangereuse pour l’avion et ses occupants. En effet, il a été démontré que la probabilité qu’un avion soit abattu par la foudre est quasi nulle. Comme pour les voitures, les avions sont couverts d’une couche conductrice évacuant la décharge par l’arrière. Il arrive bien souvent que personne à bord ne se rende compte du foudroiement.  Dans le pire des cas, il pourrait arriver que certains instruments de bord tombent en panne. Fort heureusement, tous disposent d’un back up.

 

Vive le vent !

 

Les vents forts soufflant dans la bonne direction ont pour effet de raccourcir la durée de vol. Un vent arrière poussera l'avion et vous permettra d’arriver en avance. Bien sûr, l'inverse peut aussi se produire. Un vent de face, par contre, risquera de retarder l'arrivée. Néanmoins, les conditions éoliennes sont calculées avant chaque départ et le temps supplémentaire est généralement pris en compte par les compagnies dans leur plan de vol.

 

Ai-je droit à une indemnisation ?

 

Il n’est pas rare qu’un vol soit retardé ou annulé en raison d’intempérie. La directive européenne 261/2004 relative aux droits des passagers aériens permet d’obtenir une indemnisation entre de 250 € et 600 € de la part de la compagnie aérienne en cas de retard, d’annulation ou de surbooking. Cependant, si la cause du retard est une circonstance extérieure à la responsabilité de la compagnie aérienne, il se pourrait que celle-ci n’ait pas à payer une indemnité.

 

Votre vol a-t-il été retardé d'au moins 3 heures ou annulé ?

Vous pourriez alors avoir droit à une indemnisation ! Utilisez gratuitement notre vérificateur d’indemnités pour savoir si vous êtes éligible à une indemnité et connaître son montant :   

 

Faites une réclamation pour votre vol annulé ou retardé

 

Ce que les passagers pensent de Vol-Retardé


 

Partagez cet article