Pourquoi les avions sont-ils garés dans ce sens ?

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les avions sont toujours garés avec le nez en direction de l’aéroport ? Pourquoi ne voyons-nous jamais le dos de l’avion ? A première vue, nous pourrions penser qu’il est plus aisé pour le pilote de quitter son emplacement en marche avant, et sans assistance. Pourtant cela n’est pas si simple qu’il n’y paraît, et nous allons vous expliquer pourquoi.

 

Manque d’espace
 

Auparavant, les avions étaient stationnés n’importe où sur le tarmac d’où il était plus facile pour eux de voler, positionnés ver l’avant. Les passagers avaient alors l’habitude de se rendre à pied de la salle d’embarquement jusqu’à l’avion en traversant le tarmac.

En 1961, la passerelle dite « aviobridge » a été mise en service afin d’assurer aux passagers une descente et une montée facile, en toute sécurité. Il semble plus qu’évident que le trafic aérien actuel rendrait impossible un retour en arrière, sans utilisation de passerelle d’embarquement. Ces passerelles sont un gain de temps et de place : les tarmacs sont remplis et le stationnement des avions doit être le plus efficace possible. Plus les avions sont serrés, plus l’espace est optimisé.

 

avion stationnement aéroport position
 

Qu’est-ce qu’un aviobridge ?
 

L’aviobridge, également appelé « manchon d’avion », est un pont mobile qui relie un avion à un bâtiment de l’aéroport et qui est utilisé pour transférer des passagers. C’est donc cette passerelle semblable à un accordéon géant que vous empruntez pour rejoindre l’intérieur de l’avion, depuis votre salle d’embarquement. Lorsque l’idée d’un manchon aérodynamique a été lancée, il a fallu trouver l’endroit le plus pratique pour relier l’avion au bâtiment de l’aéroport. Finalement, l’entrée principale de l’avion a été choisie. Le « jet bast » rend l’utilisation de l’entrée arrière impossible.

 

aviobridge passerelle embarquement avion


Jet blast : késako ?
 

Le jet blast se traduit littéralement par le souffle d’un réacteur. Immédiatement après le démarrage des moteurs de l’avion, un fort courant d’air apparaît, il est comparable à une très forte tempête. C’est ça, le jet blast. Si l’avion était stationné en sens inverse, queue, et donc moteurs face à l’aéroport, le courant d’air pourrait endommager le bâtiment. L’endroit le plus avantageux était donc le « nez » en direction des portes. Le seul inconvénient est que l’avion est garé face à l’aéroport, et doit donc manœuvrer pour sortir en marche arrière en direction de la piste.


Des portes à la piste d’atterrissage


En principe, un avion peut reculer grâce à son propre système de propulsion, mais il consomme alors une quantité importante d’énergie. En outre, cela provoque beaucoup de bruit et d’émission de CO2, ce qui entraînerait une pollution supplémentaire indésirable. Pour qu’un avion puisse être sur la piste sans aucun effort, il a besoin de ce que l’on appelle un « repoussage ».

 

embarquement avion vol nez aéroport stationnement
 

Tracteurs d'avion
 

Afin d’effectuer un « pushback », repoussage en français, les compagnies aériennes utilisent des tracteurs d’avion. Selon la taille de l’appareil, ils sont utilisés pour les aider à se rendre sur la piste d’atterrissage, en douceur.

pushback tracteur avion stationnement aéroport
 

Si certains d’entre eux ont l’air de petite taille, surtout comparé aux avions qu’ils poussent, ne vous fiez pas aux apparences ! Le plus grand tracteur roulant peu soulever plus de 50 tonnes et le pousser en arrière !

 

Une vidéo du tractage d’un Airbus 380 Air France, à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle :





Vous n'avez pas pu embarquer sur votre vol en raison d'un surbooking, d'une annulation ? Ou bien votre vol a été retardé de plus de 3 heures à l'arrivée ? Vous pouvez vérifier dès maintenant, et gratuitement, si vous avez le droit à une indemnisation ! 
 

➜ Vérifier maintenant

 

Ne manquez rien de l'actualité de l'aviation via nos pages Facebook et Twitter

 

Ce que nos clients pensent de Vol-Retardé